Elle

silhouette de femme sur fond noir

Elle est belle.

Elle ne s’aime pas. Ses cheveux fourchus. Ses kilos en trop. Sa peau abîmée. Sa difficulté à créer un lien social.

Pourtant, elle est belle.

Le monde a beau être rempli, il n’y a qu’elle.

Elle qui rit, elle qui lutte, elle qui vit. Elle qui crée l’attente chaque matin. Un simple message. Un simple visage souriant. Un simple signe de sa part.

Ses cheveux ont un parfum exquis. On pourrait les caresser durant des heures. Ses fourches sont le simple signe d’une lutte capillaire. Et quelle lutte ! On pourrait l’admirer se battre durant des décennies. Encore et encore. Toujours…

Ses kilos sont moelleux, on a envie de les pétrir. Mordre tendrement dans la chair au péché de gourmandise. Elle vit et en profite. On ne veut pas la voir cesser. On veut l’accompagner, l’encourager, la porter : elle est heureuse ainsi. Et c’est tout ce qui compte.

Sa peau est fatiguée. Pâle et tirée, nos doigts veulent s’y glisser, s’y blottir. Caresser. Effectuer des lignes imaginaires pour l’apaiser. Sait-elle que son sourire suffit à tout illuminer ? Effacer chaque chagrin de ce triste monde ? Elle ne sait pas.

Son hésitation s’affiche à chaque rencontre. Ses efforts lui pèsent. Découvrir, supporter, continuer. Ou bien tout arrêter ? Se hisser au rang d’ami se mérite. Et quel prestige ! Son rire est une médaille merveilleuse. La lutte en vaut la chandelle.

Elle est belle et elle ne le sait pas. Elle ne l’accepte pas. Elle ne m’écoute pas. Pourtant…

Sans me lasser, je continuerai de lui révéler.

Sweet Canari

Projet en cours: Un recueil?

Cher.e lecteur.ice,

Comme tu le sais si bien, les chapitres que je publie sur ce blog ne sont pas corrigés et sont présentés gratuitement: Le but est de, une fois l’écriture terminée, corriger entièrement les chapitres, illustrer et sortir l’histoire sous format papier (payant évidemment, tu te doutes que j’ai besoin de me nourrir, tout comme toi).

 

Néanmoins, de nombreux projets fleurissent déjà dans mon esprit depuis bien longtemps. Peut-être même avant l’idée de ce livre. L’un de ces projets est un recueil de poésie, mêlant vers et prose. Car la musicalité des mots, à mes yeux, ne nécessite pas obligatoirement une rime à chaque fin de phrase.

Parfois, laisser parler librement le coeur reste bien plus poétique que de s’attacher sévèrement à quelques règles de la poésie française.

stylo plume posé sur un livre

 

J’ai l’honneur de t’annoncer que ce projet avance bien plus vite que prévu. il pourrait même sortir avant Le Jouet. Il faut avouer qu’il est plus aisé et naturel pour ma plume de laisser voguer mes sentiments, plutôt que de me concentrer sur un écrit qui suit parfois le chemin d’un sentiment qui ne me traverse pas immédiatement.

Évidemment, il est hors de question pour moi de trop retarder mon livre principal. Mais ne sois pas surpris.e si tu vois un recueil sortir « bientôt » et te proposer quelques textes qui viendront tout droit de mon triste cœur.

Dans ce recueil, tu pourras évidemment retrouver certains textes présents sur ce site, tel que Boulimie Sentimentale. Mais également des textes plus profonds, totalement inédits, qui, j’espère, sauront toucher ton âme.

En attendant de te retrouver pour le prochain chapitre qui ne saurait trop tarder, sache, cher.e lecteur.ice que je pense bien à toi.

En espérant que ton quotidien ne soit pas parsemé d’inquiétudes avec les tristes nouvelles que nous apporte chaque jour.

Bien à toi.

 

Sweet Canari

Boulimie sentimentale

J’avale. J’engloutis. J’aspire.

Tout.

Je veux effacer ce vide au creux de mon corps. Cet espace infini qui refuse de se remplir. J’ai beau tenter d’y enfourner de grandes pelles de tout, il n’y a rien.

Rien.

J’attache l’ouverture, je la couds, je l’agrafe. Tout ce qui peut la refermer est utilisé.

Mais ça ne sert à rien.

Tout finit toujours par ressortir. Dans de grandes expirations. De grands soupirs.

Mes bras s’agitent inutilement pour garder tout contre moi.

Quoi? Je l’ignore.

Je gonfle, je enfle, je prends de plus en plus de place. Pourtant, je m’efface toujours plus. Et je suis de plus en plus vide.

 

Je mange. Je me goinfre. Je bouffe.

Alors…

Pourquoi ai-je toujours aussi faim?

 

 

illustration sombre